Ces marques qui ont décidé de ne pas participer au Black Friday

Cette dernière semaine de novembre sera écartelée entre le GreenFriday et le BlackFriday. Les consommateurs Français se préparent à faire un choix : profiter de réductions exceptionnelles lors d’une journée de promotions massives ou se questionner sur sa manière de consommer (peu-être parfois excessive). De plus en plus d’entreprises font le choix de renoncer à une augmentation exponentielle de leur chiffre d’affaires dans le but de marquer un tournant dans leur façon de marketer leurs produits.  

Affiche de l'association Green Friday

Elles ont fait un choix

Plusieurs appellent ont été lancées cette année contre cette « messe du consumérisme ». La marque de mode Faguo engagée depuis ses débuts dans la réduction de ses émissions de dioxyde de carbone et la reforestation en France a déclaré ne pas souhaiter participer au Black Friday afin de ne pas pousser à la surconsommation. Elle a réussi à toucher plus de 500 autres marques qui ont décidé de prendre la même initiative. Parmi elles, on retrouve la marque écologique Laboratoire de Biarritz ou encore Blanc Bonnet. C’est aussi, un message porté par l’association Green Friday depuis plusieurs années avec sa journée du même nom qui invite ses membres à mener des actions concrètes contre le consumérisme abusif tout au long de cette fameuse journée. Voici quelques une de ces marques qui se jointes au mouvement : Altermundi, Dream act, Maison Jeanne, Ethiquable, La route des comptoirs, Jubiles, Karethic, EQ, Les tendances d’Emma, Yuka, Les joyeux recycleurs, Kataba, Ordi solidaire, Envie. 
2019, n’est pas la première année où des marques se mobilisent pour apporter une nouvelle vision de notre consommation. Depuis 2017, camif.fr spécialiste dans l’ameublement issu d’une fabrication française et durable dénonce ce système de surconsommation entrainant la surproduction au coût le plus bas possible. La marque s’exprimait sur le sujet en affirmant son choix de carrément fermer son site e-commerce ce jour-là : « le Black Friday représente l’inverse de ce que nous prônons à la Camif : cette consommation rendue compulsive par un matraquage à faire perdre la raison, qui n’a aucun sens ! Notre décision de fermer notre site Camif.fr ce jour-là n’a pas pour but de culpabiliser le consommateur, mais, de lui ouvrir les yeux sur le pouvoir qui est le sien ».En 2018, c’est le réseau Naturalia qui propose durant cette journée d’informer le consommateur sur une consommation zéro déchet avec sa journée « Vrack Friday ». 
 
Affiche Vrack Friday 2019 par Naturalia
Camif.fr
Affichage sur le site Camif.fr
 
Les études estiment que le BlackFriday a rapporté 735 M€ en France pour les sites e-commerce en 2016 avec un panier moyen de 94€ par acheteur qui augmenterait chaque année. On comprend donc que les marques puissent utiliser cette journée de promotion afin de booster leur chiffre d’affaires de l’année. Quand on sait que les dépenses de consommateurs augmentent en moyenne de 71% ce jour-là par rapport à un vendredi classique. Il est tentant pour les marques de chercher à avoir leur part. Certaines marques comme Deeply, vont alors tenter le double jeu en proposant une collection dédiée au développement durable qui sera lancée lors du BlackFriday. Ici, la marque souhaite se démarquer avec des produits écoresponsables comme indiqué sur leur page environnement : « Notre travail est de développer des produits pour des raisons, conçus pour durer, avec le meilleur prix possible et sans compromettre nos objectifs environnementaux. », tout en profitant de ce jour exceptionnel pour générer du trafic sur son site e-commerce. Ils cherchent donc à augmenter leur taux de conversion en communiquant sur une tendance verte. Greenwashing is coming ? 

Entre convictions de greenwashing 

 
Cet été 2019, le groupe Fnac Darty rachète 85% des parts de la marque Nature et Découverte. Le groupe profite de cet investissement entre autres pour affirmer leur engagement pour « une économie plus circulaire et responsable »d’après Enrique Martinez le DG du groupe. La marque Nature et Découverte est connue pour ses efforts concernant l’environnement, ainsi cette année elle participe au Green Friday avec une journée Faire Friday. Celle-ci sera dédiée à la sensibilisation à la biodiversité. Pour autant, on peut s’interroger sur les véritables priorités du groupe puisque la marque Darty et FNAC participent au Black Friday. Encore, une fois le greenwashing est une méthode marketing qui vise à verdir l’image d’une marque ou d’un produit sans qu’il n’y ait de véritables actions cohérentes qui en découlent. Ce type de marketing apporte une fausse valeur ajoutée aux produits et à l’entreprise. 
 
Black Friday 2019 FNAC
Nature et découvertes (Groupe Fnac Darty) natureetdecouvertes.com/fairfriday 

Créer de la valeur ajoutée l’objectif du marketing

 
Évidemment, les entreprises ont besoin de vendre leur produit afin de générer un chiffre d’affaires sinon nous parlons d’un organisme à but non lucratif. Pour autant, pousser à l’acte d’achat compulsif en dévaluant les prix participe toujours plus à la recherche d’une production à moindre coût. Ce type de production a des conséquences néfastes sur l’humain et l’environnement. Prenons l’exemple du textile puisque la mode représente 47% des achats lors du BlackFriday. On pousse les consommateurs à acheter plus de vêtements qu’un être humain n’en a besoin à tel point que chaque année 4 millions de tonnes de vêtements sont jetés à cause d’une surproduction due aux 52 collections que créent en moyenne les marques. Cette façon de marketer les produits pour toujours proposer des nouveautés et se démarquer de la concurrence engendre une recherche de la production la moins coûteuse possible, faite le plus rapidement possible. Derrière ce sont des matières premières produites en saccageant l’environnement et des êtres humains qui travaillent dans des conditions déplorables pour y arriver. Il n’y a donc aucune véritable valeur ajoutée à ce qu’offre les marques qui produisent et vendent sans agir véritablement contre ce phénomène. Créer de la valeur ajoutée passe aujourd’hui par une remise en question des priorités de l’entreprise. Il s’agit de repenser le rapport à la production ainsi que les business models. C’est un devoir de penser à l’humain, à la gestion des matières premières et des déchets ainsi que de participer à un système de consommation raisonné.